Killing Joke

Ask me anythingMy BlogAbout MeNext pageArchive

Call me at 4 am, and tell me it’s because you want to hear my voice.

Je ne sais pas quoi écrire alors j’écris ton nom un peu partout.
Sur une feuille, sur les murs,
sur mon coeur.

JSNP

My Name is Forever.

A travers la vitre embuée du train, tu regardes lentement défiler le paysage. Il est deux heures du matin, tu voyages toujours de nuit. Mais cette fois-ci sera la dernière. Tu sens la fatigue t’envahir, mais tu ne pourras jamais dormir et tu le sais. Tu te rends dans la plus belle ville du monde - Paris… Les lumières déferlent à toute vitesse devant tes yeux émerveillés. Dans quelques minutes, tu arriveras à quai. Chaque bâtiment est illuminé, comme un préambule à ce qui t’attends là-bas. Tu regardes le ciel, constellé d’étoiles, et laisses tes yeux se perdre à travers l’immensité de la nuit. Tu penses à ta nouvelle vie, à tout ce qui va t’arriver ; joies, déboires, amours… Avant, tu paniquais toujours en imaginant ton avenir. Tu ne te pensais pas capable d’arriver jusqu’ici, confrontée à la réalité. Mais maintenant, lorsqu’il t’arrive de voir tout en noir, tu allumes ton iPod bleu pastel, et mets en route la chanson “I’m Yours”. Ce morceau, c’est comme s’il te parlait, qu’il écoutait tes peurs et te rassurait. Il te chuchote à l’oreille “tout ira bien”, et tu le crois. Et toujours, ton malaise se dissipe, tes idées noires s’envolent. Tu te surprends même à sourire toute seule, face à ton reflet. Open up your plans and damn you’re free, I look into your heart and you’ll find love, love, love, love… Tes yeux pétillent, ton visage s’illumine. Tu ressens ce sentiment vraiment étrange, comme une tristesse mélancolique. La voix rauque du contrôleur dans les hauts-parleurs vient te tirer de ta rêverie. Tu t’empresses de te lever, saisis ta lourde valise et passes entre les allées. La porte s’ouvre devant toi, tu descends les quelques marches en prenant soins de ne pas trébucher. Au dehors, l’air est glacé. Tu frissonnes en sortant du train. Les quelques voyageurs présents t’observent. Peut-être aurais tu dû t’habiller plus chaudement… Ce soir, tu portes ta robe préférée, une robe noire Cacharel que tu as dénichée dans une friperie. Tu as gardé ton long manteau, ainsi que ton écharpe blanche qui te protège du dur froid de l’hiver. Ta peau est plus pâle que jamais, et tes cheveux ébènes vient sublimer ton visage enchanteur. Tu es si belle en ce soir de décembre. Tu regardes autour de toi sans te soucier des autres qui t’entourent. Tu observes les rues illuminées avec tes yeux d’enfant. Tu fais quelques pas puis, comme le premier jour de ton arrivée, la neige se met à tomber silencieusement. Ce premier jour, tu t’en souviens comme si c’était hier. Tu avais alors 15 ans, et déjà des milliers de rêves dans la tête. Tu étais seulement de passage, et tu regardais la ville à travers la vitre de la voiture de tes parents. Et cette neige qui n’en pouvais plus de tomber, recouvrant Paris d’un voile de lumière… C’est à ce moment-là, à ce moment précis que tu as su que cette ville devait t’appartenir, que tu ne pouvais pas vivre ailleurs qu’ici. Toutes ces années, tu n’as cessé d’y penser…Tu es à nouveau perdue dans tes pensées, tu ne marches plus droit et ne regardes même pas où tu mets les pieds. Un garçon, au loin, t’interpelle mais tu ne t’en rends pas compte. Il accourt vers toi sans cesser d’appeler ton nom. Il pose délicatement sa main sur ton épaule afin que tu te retournes vers lui, et plante ses yeux bleu azur dans les tiens. Il murmure à ton oreille Juliette, oh ma Juliette, et t’assènes d’un de ses baisers auxquels tu n’avais encore jamais goûté. Et tu oublies tout, tu oublies qui tu es, tu oublies d’où tu viens. Tu ne sens plus que les flocons glisser tendrement sur ta peau, son étreinte qui te donnes l’impression de ne jamais l’avoir quitté, et ses lèvres, ses lèvres ardentes, ce baiser plein de promesses, qui laisse présager un avenir si radieux, si parfait, et qui pourtant te mènera à ta propre perte.

(2009)

In your heart, in your head, in your arms, in your bed, under your skin, there is no way to know where you end and where I begin.